CES 2021 : retour vers le futur

Le parcours de spécialisation de 2nd année de Master Distribution et relation client raconte le Consumer Electronics Show 2021 !

Chaque début d’année du côté de Las Vegas, dans le Nevada, le monde de l’innovation technologique connaît la même effervescence et se retrouve au Consumer Electronics Show (CES). Pour l’édition 2021, pandémie oblige, la Consumer Technology Association, syndicat professionnel qui organise le CES, s'est associée à Microsoft pour proposer une édition 100% en ligne. Le parcours de spécialisation de 2nd année de Master Distribution et relation client s'y est glissé et vous présente ses coups de cœur permettant d'entrevoir le commerce de demain !

 

Le FRET en passe de devenir autonome

Les véhicules autonomes sont sous le feu des projecteurs depuis plusieurs années, grâce notamment à la médiatisation de Tesla. Cette année, la place est faite aux camions autonomes à l’initiative de la start-up américaine Kodiak Robotics.

Récompensée au CES, Kodiak Robotics se démarque par son approche basée sur la perception, tel un vrai conducteur, et non sur un système de cartes. Ainsi, le modèle développé dépend plus du réseau de caméras et de capteurs installés sur les camions que des cartes du GPS.

L’objectif est clair : automatiser le camionnage commercial. La fiction est en train de devenir réalité puisque l’un des camions embarquant la technologie de Kodiak Robotics a réalisé, courant décembre, un premier long trajet sur un tronçon de 205 km d’une autoroute Texane. Pour vous en convaincre, ce premier test couronné de succès est disponible en vidéo pour 20 minutes de plaisir… Ou d’ennui ! Pour retrouver la vidéo, cliquez ici : voir ici.

Toujours au rayon de la livraison, la France n’est pas en reste. Le français Lextan s'attaque au problème complexe et coûteux du dernier kilomètre, présentant Autopod, un véhicule de livraison sans pilote et semi-autonome. Conçu pour simplifier la livraison en centre-ville et dans les zones piétonnes, l’Autopod combine pilotage automatique et assistance humaine dans les situations urbaines complexes.

La dimension humaine est d'ailleurs mise en avant par Lextan puisque le véhicule est capable de reproduire la présence visuelle et sonore du conducteur. A terme, la start-up souhaite fournir des flottes d’Autopods et réduire les coûts liés à la livraison du dernier kilomètre.

La livraison est donc en passe de se réinventer mais l’humain continue d’y jouer un rôle. Une question subsiste : pour encore combien de temps ?

 

L’avatar virtuel : l'influenceur du futur ?

Une autre révolution est en marche : celle des avatars. Le fabricant coréen LG emboîte ainsi le pas de son concurrent Samsung qui avait introduit, l’an dernier, son projet « d’humain artificiel », baptisé Neon. Générés par des ordinateurs, les avatars Neon se présentent, non pas comme de simples assistants intelligents, mais bien comme de quasi-humains capables d’émotions et d’interactions.

LG surfe donc sur cette tendance et profite de cette édition virtuelle du CES pour donner à voir son avatar, Reah Keem, à l’action en train de promouvoir des nouveautés sur son stand en ligne mais aussi sur Instagram. Pour découvrir cette réalisation : voir ici.

Cette influenceuse virtuelle créée grâce au machine learning et à l’intelligence artificielle donne un aperçu de ce que pourraient être les conférenciers à l’avenir si les événements virtuels se poursuivent. Forte de ses plus de 6000 abonnées sur Instagram, Reah Keem interroge aussi sur le futur du marketing d'influence. Quelle est la place pour ces avatars dans le monde de demain ?

Si Reah Keem ne peut endiguer la haine en ligne et les contenus injurieux, Bodyguard est spécialement conçu pour cette mission.

 

Bodyguard : la solution au cyberharcèlement ?

Comment lutter contre la haine en ligne ? Il s’agit désormais d’une question sociétale dans une époque où les réseaux sociaux occupent une place considérable et où l'anonymat qu’ils permettent engendre des dérives.

Bodyguard porte bien son nom. Son algorithme de modération fait véritablement office de garde du corps online masquant et supprimant les messages haineux et injurieux selon le contexte, le destinataire et l’orthographe. 

L'intérêt : automatiser la modération et compléter les systèmes encore perfectibles des géants du numérique comme Youtube, Facebook ou Twitter. YouTube, par exemple, ne modère pas tous les commentaires par défaut. L’utilisateur doit réaliser ses propres réglages en ajoutant manuellement les mots-clés interdits. Grâce à Bodyguard, ce procédé devient obsolète, l’application prenant le relais. 

Ne vous y trompez pas, cette solution s’adresse bien sûr aux personnalités publiques mais aussi aux entreprises afin de protéger l’image de marque et éviter les commentaires haineux qui polluent certaines publications, particulièrement les lives. Pour en savoir plus sur Bodyguard, voici une vidéo explicative : voir ici.

Traditionnellement orienté B2C, le CES propose cette année plusieurs solutions B2B et interroge une nouvelle fois sur les innovations technologiques et leurs impacts sur la société de demain. Ce qui semblait hier réservé à la science-fiction comme les avatars ou les véhicules autonomes deviennent une réalité et questionnent la place de l’humain dans un contexte de crise économique marqué par une forte incertitude sur l’emploi.

Ces innovations apportent aussi des solutions à des problématiques actuelles comme celle du cyberharcèlement ou de la livraison du dernier kilomètre. Faisons désormais en sorte que la technologie ne dépasse pas notre humanité pour reprendre les mots d’Albert Einstein.

 

Bibliographie :

Medium.com

Freightwaves.com

Lextan.co

frandroiD.com

theverge.com

Lesechos.fr

LeFigaro.fr​​​​​​​

bodyguard.ai

 

 

Publié le 20 janvier 2021