Aller au contenu
Solidarité UkraineSolidarité Ukraine
Candidater

Revue de presse décembre 2021

Découvrez la revue de presse de Dauphine-PSL du mois de décembre 2021

Université Paris Dauphine - PSL

Le Conseil d’analyse économique (CAE) a remis à l’Elysée, Matignon ainsi qu’aux ministères de l’Economie, de l’Enseignement supérieur et de l’Education nationale une note qui explique pourquoi une réforme en profondeur de l’investissement dans l’enseignement supérieur est indispensable. Signée par Gabrielle Fack et Elise Huillery, deux enseignantes à Dauphine-PSL et membres du CAE, cette note indique en effet que les coûts de formation connaissent de fortes disparités en France. Il existe également une forte corrélation entre le coût d’une année de formation et le taux de réussite des étudiants. De ce fait, les formations sont sous-dotées et les étudiants sont très peu encadrés, déploreElise Huillery. Ainsi, plusieurs recommandations ont été formulées par le CAE afin d’améliorer « l’efficience et l’équité » de l’enseignement supérieur. (L’Opinion, Marie-Amélie Lombard-Latune, 02/12/2021)

Pour mieux accueillir les étudiants, les enseignants et chercheurs du monde entier, les 60 000 m2 du campus de la Porte Dauphine seront rénovés au premier trimestre 2022. Le coût des travaux, qui s’achèveront en 2027, s'élève à 154,7 millions d’euros, dont 123,9 millions financés par l’Etat, 29,6 millions par l’Université Paris Dauphine - PSL et 1,2 million par la région Ile-de-France. Le futur campus sera conçu par le cabinet d’architecte GPAA. Ce projet offrira de nombreuses améliorations, dont un « learning center » de 3 000 m2, des espaces associatifs agrandis, le développement de zones de créativité pour la pédagogie et la recherche avec de nombreux espaces de travail. (Le 13 Heures de l’Immobilier, 08/12/2021) 

L'Institut Pratique du Journalisme (IPJ) de l’Université Paris Dauphine - PSL, le Master Communication numérique et analyse des données (CNAD) de la Sorbonne Nouvelle et le Master Humanités numériques de l'université de Rennes 2 emploient dans le cadre de leur formation des outils numériques. A l’IPJ, les futurs journalistes bénéficient des cours consacrés au numérique et à la data qui sont axés sur le fact cheking et la désinformation. « On y est tous exposés, c'est un mouvement de fond. Nous formons les journalistes à mieux enquêter, mieux sourcer et surtout à expliquer ce qu'ils font », indique Eric Nahon, directeur adjoint de l’IPJ. (www.letudiant.fr, Pauline Bluteau, 07/12/2021)

Quatre experts, dont Florence Jusot, économiste de la santé et professeure à l’Université Paris Dauphine - PSL, explique dans une tribune que la taxation du tabac est l’un des instruments les plus efficaces pour réduire le nombre de fumeurs. Cette méthode vise à faire payer les fumeurs pour les dépenses de santé supplémentaires qu’ils sont susceptibles de générer pour la collectivité en raison des problèmes de santé induits par leur tabagisme dans une logique de « pollueur payeur », mais aussi inciter les personnes à ne pas commencer à fumer ou à arrêter de fumer, soulignent les experts. Ces taxes font toutefois subir aux plus dépendants « un lourd fardeau financier ». Par ailleurs, l’étude d’incitations financières comme l'aide à l’arrêt du tabac chez les femmes enceintes a montré que donner des bons d’achat conditionnellement à l’arrêt du tabac pendant la grossesse, et récompenser l’abstinence tabagique dans le cadre d’un suivi en tabacologie, réduirait de moitié le nombre de femmes enceintes fumeuses et diminuerait la probabilité de faible poids de naissance. Financée par l’Institut national du cancer (Inca), cette étude a été conduite notamment par des chercheurs de l’Université Paris Dauphine - PSL(Libération, Léontine Goldzahl / Florence Jusot / Ivan Berlin / Noémi Berlin, 06/12/2021) 

Une étude françaiseréalisée par des équipes de l'AP-HP, en collaboration avec notamment l'Université ParisDauphine - PSL, montre que la récompense sous forme de bons d'achat aiderait réellement les femmes enceintes à arrêter de fumer lors de leur grossesse. Outre la réduction de 7 % des issues néonatales négatives, cette initiative augmente aussi le nombre de nouveau-nés « avec un poids de naissance supérieur ou égal à 2 500 g », souligne l’étude. Selon les auteurs, cette méthode pourrait être introduite dans la prise en charge habituelle des femmes enceintes fumeuses. Toutefois, il est important de connaître le rapport coût-bénéfice et surtout l'acceptabilité de cette intervention. « Des sujets sensibles qui varient selon les contextes nationaux, culturels et socio-économiques », indiquent-ils. Ainsi, les thérapies des contingences, qui reposent sur l'utilisation de renforçateurs, sont encore peu utilisées dans la lutte contre les addictions en France. (www.lequotidiendumedecin.fr, Coline Garré, 02/12/2021) 

Dans une interview publiée, El Mouhoub Mouhoud,président de l’Université Paris Dauphine - PSLs’exprime sur les projets d’extension et de rénovation des bâtiments. « Paris-Dauphine-PSL a finalement contribué à hauteur de 20 % des sommes en jeu et l'État a apporté les 80 % restants, comme pour tout le projet », note-t-il. Interrogé sur leur choix de s’étendre sur le même site plutôt que de s’implanter ailleurs, il explique que leur bâtiment est « un facteur de création collatérale de la méthode Dauphine dans l'écosystème parisien » et leur campus doit donc demeurer le cœur de leur site originel. Il note également qu’ils préfèrent le présentiel au distanciel car leur modèle demande de la proximité. Il évoque aussi les deux piliers de l’université : « la formation des décideurs et une sélection ouverte ». D’après lui, l’université se finance par la donation publique qui représente 56 % de leur budget et « par des ressources propres liées à la formation continue, à l'apprentissage et à la recherche ». (blog.headway-advisory.com,  Olivier Rollot, 08/12/2021)

Afin d’appréhender au mieux les nouveaux enjeux et défis auxquels doivent faire face les acteurs des espaces commerciaux, le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) et Dauphine Executive Education annoncent, dans un communiqué commun, l’avènement du premier certificat Immobilier Commercial « enjeux & transformations » à compter de mars 2022. Cette formation est dédiée aux asset managers, property managers, commercialisateurs, directeurs de centres commerciaux et responsables marketing. Elle s’adresse également à tous les professionnels concernés par l’urbanisme commercial, dont les représentants des collectivités publiques. Selon Valérie Renaudin, Vice-Présidente Projets immobiliers et Nouveau Campus chez Dauphine-PSL, ce certificat leur permettra d’élargir leur champ professionnel et de prendre de la hauteur par rapport à leurs pratiques. Ils pourront également acquérir une vision d’ensemble de la gestion d’un actif commercial dans ses composantes financières, managériales, commerciales, marketing et digitales. (LSA La Quotidienne, Daniel Bicard, 09/12/2021)

La 2e édition du Prix de l'innovation rurale a été lancée par l’Université Paris Dauphine - PSL, en partenariat avec le Mouvement Bouge Ton Coq. L’objectif est de renforcer les liens entre le monde universitaire et le monde rural. Lors de la première édition, 11 parmi les 92 porteurs de projets, issus de 55 départements ont été sélectionnés. La cérémonie de remise de prix s’est tenue en présence du secrétaire d'État chargé de la Ruralité Joël Giraud. Ouvertes jusqu'au 16 janvier 2022, les candidatures pour la 2e édition sont accessibles à toute innovation portée par une personne morale. Une récompense financière d'au moins 15 000 euros sera attribuée aux lauréats. La remise des prix aura lieu le 15 mars 2022 à l'Université Paris-Dauphine. (zepros.fr, 11/12/2021)

La pose de la première pierre du projet de restructuration du campus de l’Université Paris-Dauphine-PSL a eu lieu le 7 décembre 2021. Annoncé lors du cinquantième anniversaire de l’établissement en 2019, ce projet consiste à réhabiliter le bâtiment existant et construire une nouvelle aile sur pilotis de 4 000 m². La livraison est attendue pour fin 2027. Le chantier est estimé à 154,7 millions d’euros, avec un surcoût de 40 millions par rapport au budget initial. El Mouhoub Mouhoud, président de l'Université Paris Dauphine - PSL, explique que « les projets des JO et du Grand Paris ont fait augmenter les prix des entreprises impliquées dans les travaux ». Le responsable salue le prolongement du tramway T3, de la Porte d’Asnières jusqu'à la porte Dauphine, qui, selon lui, « renforcera la vie de campus, qui accueille déjà 60 associations sportives ou culturelles ». (Les Échos Entreprises & Collectivités.fr, Marion Kindermans, 15/12/2021)

Le Master 2 Intelligence artificielle, Systèmes, Données de l’Université Paris Dauphine - PSL offre des connaissances en mathématiques appliquées et en conception de systèmes d’intelligence artificielle (IA). Ce parcours s’adresse aux titulaires d’un BAC+4 ou équivalent dans les domaines de l’informatique, des mathématiques appliquées ou aux étudiants en dernière année d’école d’ingénieur ou diplômés. Il a pour but de former des informaticiens capables de maîtriser les problèmes conceptuels, sémantiques et algorithmiques soulevés par l’IA et la science des données. Cette formation vise également à développer une compréhension générale et en profondeur des différentes facettes de l’IA. (Planète Robots (Hors Série), N 02-2021)

Malgré la crise sanitaire, les établissements sont nombreux à mener des projets spectaculaires pour faire « rayonner » leur marque. Le 7 décembre 2021, l’Université Paris Dauphine - PSL a inauguré la première pierre du projet de rénovation et d'extension La Métamorphose, dont le budget total s’élève à 154 millions d'euros. (www.challenges.fr, Marion Perroud, 20/12/2021) 

La septième édition d'« Une nuit pour entreprendre » s’est déroulée sur le campus de l'école d'ingénieurs des Ponts ParisTech à Champs-sur-Marne le 2 décembre 2021. Cette initiative invite les étudiants à développer leur créativité et à élaborer un projet entrepreneurial innovant. Toute la nuit, ils sont épaulés par des professionnels d'entreprises partenaires et par des animateurs issus de l'école d'ingénieurs. Les projets sont notés sur 20, en quatre catégories de cinq points : le « pitch » et la vidéo, la pertinence de l'offre, la viabilité et la faisabilité du projet et la conviction des étudiants. L'initiation à la création d'entreprise réunit une soixantaine d'étudiants d'établissements comme l’Université Paris Dauphine - PSL(etudiant.lefigaro.fr, Victor Mérat, 20/12/2021) 

Dauphine Junior Consulting est la junior entreprise de l’Université Paris-Dauphine. Lilie Hucher, présidente de Dauphine Junior Consulting, explique dans une interview que la structure, créée en 1983, a pour mission principale de servir ses clients en les conseillant sur divers domaines, comme le marketing et la finance, deux segments dans lesquels l’Université Paris Dauphine - PSL est spécialisée et reconnue. Pour sa part Amédée Giscard d'Estaing, trésorier Dauphine Junior Consulting, entend mettre en application ce qui est enseigné à l’université afin de retirer une vraie plus-value pédagogique dans l’ensemble des missions effectuées. Lilie Hucher ajoute que les clients se tournent vers la structure en raison de la notoriété de l’Université Paris Dauphine - PSL, mais aussi parce que la structure a été sacrée meilleure Junior-Entreprise de France en 2020. (B Smart, 22/12/2021)

 

Le mouvement Pax Christi a décidé de lancer, en 2022, un parcours de réflexion intitulé « De la sécurité vers la paix ? ». Selon la responsable du programme, BérengèreSavelieff, « ce parcours est né du constat que le thème de la sécurité était très présent dans le débat public alors que celui de la paix y est quasi absent ».Pourtant, la paix n’est pas seulement l’absence de guerre : « c’est un vivre-ensemble à construire et à préserver », souligne-t-elle. De son côté, Alexis Tsoukiàs, coordinateur du Master « Peace Studies » de l’Université Paris-Dauphine, estime que « ce ne sont pas les connaissances et les moyens techniques qui manquent pour apprendre à gérer les conflits de façon constructive ». « On sait très bien comment faire la paix. Quand la violence gagne, c’est souvent le résultat d’un choix politique assumé, en vue d’une bonne fortune électorale, par exemple », poursuit le coordinateur. (Le Pèlerin, Véronique Badets, 30/12/2021)

Enseignants et experts de l'Université Paris Dauphine-PSL

Sur le marché de l’électricité, les cours repartent, depuis l’été, aussi fort que l’activité économique. Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie et des Finances, avait souligné, fin septembre 2021, que le marché européen obéissait à des règles « obsolètes ». De leur côté, les ministres de l’énergie européens travaillent sur des pistes de réformes. Parmi les éventuelles alternatives face à la hausse figure le retour de contrats à long terme. Toutefois, les objectifs européens visant la neutralité carbone pointent une difficulté. L’objectif de réduction des gaz à effet de serre, de 55 % au moins dès 2030 par rapport à 1990, va nécessiter des investissements dans de nouvelles capacités de production bas carbone. Or, « le marché dérégulé est très fort pour faire travailler les actifs à court terme, mais très mauvais pour organiser l’investissement à long terme », selon Jan-Horst Keppler, professeur à l’Université Paris Dauphine - PSL(Le Monde, Adrien Pécout, 03/12/2021)

L’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001 s’est traduite par une forte concurrence pour les producteurs des autres pays. En France, comme dans d’autres pays européens, de nombreux secteurs traditionnels ont eu du mal à faire front. « En particulier ceux spécialisés sur des produits en fin de cycle, ou ceux qui affrontaient déjà la désindustrialisation depuis les années 1970 », précise Jean-Marc Siroën, économiste à l’Université Paris Dauphine - PSL. Ce « choc chinois » a été d’une ampleur inégalée jusqu’alors. En 20 ans, la Chine est devenue le premier exportateur de biens de la planète et la troisième destination des exportations depuis l’Europe. (Le Monde, 10/12/2021)

Dans son livre intitulé « La fabrique des non-problèmes. Ou comment éviter que la politique s’en mêle », le politiste et sociologue Emmanuel Henry de l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (Irisso) dévoile les rouages et les mécanismes subtils par lesquels un problème réel et bien documenté sera ignoré, n’appelant ainsi ni décision ni action. Cet enseignant à l’Université Paris Dauphine - PSL s’appuie dans son ouvrage sur de nombreux cas comme celui de la pollution ou des pesticides. (www.lemonde.fr, 17/12/2021)

Frédéric Gonand, professeur d'économie à l'Université Paris Dauphine - PSL, indique dans une tribune que le règlement européen du 18 juin 2020 dit « Taxonomie » et ses actes délégués en cours de publication vont probablement bouleverser le paysage de la finance verte en Europe. Selon lui, le modèle d’affaires actuel de la finance verte souffre de nombreux maux. Dans ce contexte, Frédéric Gonand estime que la taxonomie européenne constituera la grille pour définir les Green Bonds au niveau européen et pour accorder le futur Ecolabel aux produits financiers « durables ». Par ailleurs, l’accès aux capitaux sera de plus en plus conditionné aux performances environnementales pour les industries, prévient-il. (L’Opinion, 17-18/12/2021)

Le Prix du meilleur jeune économiste a été décerné à 27 lauréats depuis 2000. Ces derniers ont contribué par leurs ouvrages, leurs chroniques ou leurs fonctions aux débats économiques. Parmi eux figure Elyès Jouini, professeur d'économie à l'Université Paris-Dauphine - PSL, qui a reçu le Prix du meilleur jeune économiste en 2005. (Le Monde, 19-20/12/2021)

Anna Creti, chercheuse et professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine, revient, dans une interview, sur ses travaux portant sur les liens entre économie, énergie et environnement. La forte tension sur l’énergie était prévisible en France, notamment avec la flambée des prix du gaz et de l’électricité, explique-t-elle. L’envolée des prix s’est accélérée avec la mise à l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires dans l’Hexagone. Les prix atteignent désormais des pics à 450 euros par mégawatt/heure. Anna Creti note, par ailleurs, qu’avec l’arrêt de ces centrales nucléaires, la France est contrainte d’importer de l’électricité. Interrogée sur le risque de black-out, elle souligne qu’une partie de la demande peut être gérée avec « l’écrêtement ». « Le secteur de l’électricité est organisé pour que cela n’arrive vraiment pas, parce qu’avoir un black-out, c’est une véritable perte économique », ajoute-t-elle. (Sud Ouest, Stéphanie Lacaze, 25/12/2021)

En France, huit millions de citoyens sont « mal-inscrits » sur les listes électorales, dont une large part de jeunes, alors que la date limite pour s’inscrire sur ces listes était fixée au 31 décembre 2021 pour les scrutins de 2022. Selon Eric Agrikoliansky, professeur de sciences politiques à Dauphine - PSL, le problème des « mal-inscrits » est connu, mais les candidats et le gouvernement en parlent trop peu. « C’est là que l’on retrouve le plus de personnes qui ne votent pas du tout. C’est un angle mort significatif dans la mesure où ce n’est pas véritablement traité par les politiques publiques », souligne-t-il.(www.francetvinfo.fr, William de Lesseux, 30/12/2021)

Depuis le 31 décembre, le port du masque est devenu obligatoire sur la voie publique pour les personnes de plus de 11 ans. Le nouveau variant Omicron est en effet extrêmement contagieux. Olivier Damette, enseignant-chercheur au Bureau d'Économie Théorique et Appliquée (BETA) et chercheur associé à la chaire « Économie du climat » de l'Université Paris-Dauphine, explique que la circulation du Covid en extérieur est à l’origine de 10 % des cas. Selon lui, « en matière de contamination, deux critères comptent : la concentration de virus dans l'air et la durée d'exposition à ce virus ». www.lexpress.fr, Sébastien Julian, 31/12/2021)

Etudiants et almuni de l'Université Paris Dauphine-PSL

Elen Rousseau est nommée senior vice-présidente talent & culture d’Accor. Titulaire d’un Master économie et gestion de Paris Dauphine-PSL, elle était people director chez Doctolib depuis 2018. (Les Echos, 02/12/2021)

Invités sur B Smart, César Olagne, chargé de mission entrepreneuriat étudiant de l'Université PSL, et Maxime Loubar, cofondateur de Wyes, présentent le pôle Pépite de PSL qui est dédié à l’accompagnement de l’entreprenariat étudiant. César Olagne explique que PSL-Pépite accompagne à la fois les diplômés et les étudiants encore en formation. Maxime Loubar raconte qu’il est diplômé de l'Université Paris Dauphine - PSL et que c’est ce qui lui a permis de rejoindre le pôle Pépite de PSL. (B Smart, Eva Ben-saadi, 07/12/2021) 

Juliette Tresanini, actrice, réalisatrice et youtubeuse, préside le jury de la première édition du festival du Film de Société qui a débuté le 9 décembre 2021 à Royan. Elle parle notamment de son parcours dans le cadre d’une interview. Juliette Tresanini souligne qu’elle a étudié l’économie et la gestion à l’Université Paris Dauphine - PSL et à la London School of Economics. (Sud Ouest, Stéphane Durand, 09/12/2021)

La station du groupe Combat, Radio Nova, annonce une série de nominations sur ses trois pôles stratégiques. Ainsi, Reza Pounewatchy devient programmateur des lives et responsable des relations extérieures avec les labels et l’industrie musicale. Ce diplômé de l’Institut Pratique du Journalisme (IPJ) fut directeur des contenus vidéo de Viceland de 2017 à août 2020. (La Correspondance de la Presse, 03/12/2021)

Sébastien Thonnard, récemment diplômé d’un Master de l’Université Paris Dauphine - PSL, a rejoint le 1er décembre 2021 Action Logement Services en tant que directeur régional Nouvelle-Aquitaine. Il a passé 24 ans chez Domofrance. (www.placeco.fr,Alexandre Laurent, 06/12/2021)

Oliver Wyman annonce l’élection de cinq partners au bureau de Paris. Parmi eux, Virgile Bertola, diplômé de l’Université Paris Dauphine - PSL, titulaire du diplôme d’expertise comptable, qui a intégré le cabinet de conseil en 2018. (Les Echos, 07/12/2021)

Diplômé de l’Université Paris Dauphine - PSL et de l’ESCP Europe, Jean-Charles Bernard est nommé directeur associé au sein de l’équipe Corporate finance chez Edmond de Rothschild. Il a déjà travaillé pour Clinvest, Bank of America, puis Hawkpoint, avant de rejoindre la Société Générale. (Les Échos, 13/12/2021)

WarnerMédia a annoncé, le 13 décembre 2021, une série de nominations concernant son équipe chargée de ses chaînes et services pilotés depuis Paris. Titulaire d’un DEA marketing et stratégie de l’Université Paris Dauphine - PSL, Carole de Faucamberge est ainsi nommée directrice senior du marketing et de la communication des marques jeunesses pour la France, les territoires francophones, l’Afrique et l’Israël. (La Correspondance de la Publicité, 14/12/2021)

Vannessa Fage-Moreel devient la nouvelle directrice des ressources humaines de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Cette titulaire d’un DESS économie et gestion des services de santé de l’Université Paris Dauphine - PSL était sous-directrice des ressources humaines du système de santé de la Direction générale de l’offre de soins du ministère des Solidarités et de la Santé depuis plus d’un an. (Les Échos, 16/12/2021)

Philippine Guenot Tranié est la nouvelle directrice des opérations du groupe Junot. Titulaire d’un Master en corporate Finance de l’Université Paris Dauphine - PSL, elle était auparavant directrice générale de Renault. (L’Agefi Hebdo, 16/12/2021-05/01/2022)

Arthur Lemoine est promu à la direction de l'offre et des achats des Galeries Lafayette et du BHV Marais. Ce diplôméde l’Université Paris Dauphine - PSL assurait la présidence de la branche horlogerie-bijouterie du groupe depuis 2018. (Fashion Network, 17/12/2021)

 

Monaco Hebdo présente le parcours de Sophie Vatrican, directeur du Budget et du Trésor. Sophie Vatrican dispose d’une formation supérieure en économie avec une Maîtrise des sciences de gestion et un DESS d’économie et gestion publique décroché à l’Université Paris Dauphine - PSL. Ellea débuté sa carrière en 1989 comme consultante chez M.P Conseil. (Monaco Hebdo, R.B., 23/12/2021)

Alban Liabeuf, titulaire d’un Master comptabilité contrôle audit de l’Université Paris Dauphine - PSL, certifié par l’AMF, a rejoint Norma Capital en tant que directeur administratif et financier. Il sera chargé de la gestion administrative, financière et comptable de l’entreprise, ainsi que celles des fonds gérés, notamment les deux SCPI grand public Fair Invest et Vendôme Régions. (Executives, 23/12/2021)

Charles Moussy, chargé d’enseignement à l’Université Paris Dauphine - PSL depuis 2021, a été nommé directeur de l’innovation et de la finance digitale de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Il succède à Domitille Dessertine, en poste depuis trois ans. Charles Moussy était jusqu’ici chargé du contrôle des opérations financières et de l’information diffusée par les sociétés cotées des secteurs de la technologie et des médias au sein de la direction des émetteurs de l’Autorité de l’AMF. (Bulletin Quotidien, 24/12/2021)

À compter de janvier 2022, Aneessa Mungroo sera associée chez KPMG à Maurice. Elle sera affectée au pôle services conseils du cabinet, placé sous la responsabilité d’Hans Biltoo. Aneessa Mungroo a étudié l’informatique à l’Université Paris Dauphine - PSL, où elle a décroché un Master en Extended Enterprise Information Systems. Elle a géré pendant une dizaine d’années un portefeuille de clients français et internationaux chez KPMG France. (www.lexpress.mu, Villen Anganan, 24/12/2021)

Arthur Lemoine prendra le poste de directeur de l’offre et des achats des Galeries Lafayette et du BHV Marais à partir du 1er février 2022, en remplacement de Marianne Romestain. Titulaire d’une Maîtrise en mathématiques et finance de l’Université Paris Dauphine - PSL, il était jusqu’alors directeur général des activités Horlogerie-Bijouterie du groupe. (La Correspondance Economique, 24/12/2021) 

François de Castelnau, jusqu’à présent directeur financier de Showroomprivé, prendra le poste de directeur général délégué du groupe à partir du 1er janvier 2022. Diplômé des Universités Dauphine - PSL et de Paris-V, François de Castelnau a débuté sa carrière au sein du cabinet Deloitte avant de rejoindre Ermewa Group en tant que directeur de l’audit interne, puis directeur financier. (www.lesechos.fr, 28/12/2021)

Publié le 31 décembre 2021