Politiques publiques et opinion - 244 - 2ème année de Master

Carrières


Témoignages d'Alumni

 

J'ai d'abord effectué deux ans de classes préparatoires B/L (Lettres et sciences sociales), avant d'intégrer l’Université Paris Dauphine - PSL en Licence 3 de Sciences sociales pour poursuivre un cursus professionnalisant en sociologie et en science politique. Cet objectif m’a logiquement conduit au M1 Politiques publiques puis au M2 Politiques publiques et opinion. Ce dernier est très riche en enseignements et a parfaitement correspondu à mes attentes.

 

En effet, le premier semestre se structure autour de l’acquisition de solides connaissances en matière de politiques publiques de toutes sortes et de l’élaboration et de l’analyse d’enquêtes, qu’elles soient qualitatives ou quantitatives. Avec la réalisation de nombreux travaux produits seul ou en groupe, ces apprentissages s’articulent avec l’exigence de réflexivité, la capacité à problématiser un sujet et les qualités rédactionnelles, compétences recherchées aussi bien dans le secteur public que privé. Plus particulièrement intéressée par les méthodes statistiques, j’ai choisi lors du second semestre d’effectuer un stage de cinq mois à l’institut national d'études démographiques (INED) où j’y ai réalisé mon mémoire de fin d’études sur les trajectoires professionnelles des hommes et des femmes. La cadre d’études, l’ambiance de classe et l’équipe pédagogique ont également contribué à rendre cette année d’études très épanouissante.

 

Après mon stage de fin études, j’ai travaillé sur des thématiques très variées tout en poursuivant l’analyse de données statistiques. D’abord, à l’Institut de recherche économiques et sociales (IRES) sur la syndicalisation des jeunes salarié.es ; puis au Ministère de la justice sur les officiers publics ministériels (notaires, huissiers etc.) ; et aujourd’hui je travaille au Ministère des solidarités et de la santé où je suis chargée d’études statistiques sur les retraites et responsable d’une grande enquête statistique.

 

Fanny Chartier

Chargée d'études statistiques au ministère de la Santé

 

Après 3 ans de prépa B/L (Lettres et sciences sociales), je me suis tourné vers le parcours action publique à l'université Paris Dauphine - PSL (L3 sciences sociales, M1 Politiques publiques puis M2 Politiques publiques et opinion) qui réunissait mes deux principaux centres d'intérêt : les sciences sociales et les politiques publiques.

J'ai été particulièrement intéressé par le master PPO qui propose à la fois une approche complète des sciences humaines en formant tant aux méthodes quantitatives que qualitatives et une approche pratique de ces méthodes au travers de l'évaluation des politiques publiques.

Cette formation m'a permis d'obtenir un stage relatif à l'enquête nationale des coûts des centres d'hébergement puis directement à l'issue du stage un poste de chargé de mission observation sociale au même endroit, au bureau de l'hébergement à la DGCS.

Mes compétences acquises tout au long de mes études et de mes stages me permettent de travailler efficacement sur les enquêtes et les systèmes d'information, tant en ce qui concerne la construction des processus de collecte et de contrôle des données qu'en ce qui concerne l'utilisation de ces données via la construction d'indicateurs. Cette capacité à travailler sur l'ensemble des aspects relatifs à la gestion de données permet d'obtenir des stages et des postes très enrichissants et est un véritable atout qui peut être mis en valeur dans toute situation professionnelle.

 

François Planet

Chargé de mission observation sociale à la DGCS (Direction générale de la cohésion sociale)

 

Après une année de césure et un stage au ministère des Affaires sociales, j’ai suivi le master 2 Politiques publiques et opinion à Paris Dauphine - PSL. J’avais choisi cette formation pour plusieurs raisons. D'abord, elle propose des cours théoriques approfondis sur les politiques publiques (sociales, culturelles, urbaines etc.) prodigués par des enseignants de qualité, universitaires ou professionnels, et les combine avec une approche plus pragmatique (évaluation des politiques publiques, maîtrise de logiciels statistiques). Ensuite, elle permet la réalisation d’un stage, préalable aujourd’hui indispensable à une bonne transition vers le marché de l’emploi. J’ai ainsi travaillé 6 mois durant au sein du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale, où j’ai pu appliquer directement mes connaissances et compétences acquises pendant la formation à mes missions de recherche, de synthèse et d’analyse. Aujourd’hui, je suis en passe d’être recrutée chez un cabinet de conseil spécialisé dans le secteur public et il ne fait aucun doute que l’obtention du M2 Politiques publiques et opinion m’a beaucoup aidée dans les phases de sélection !

 

Solène Bernard

Experte en cabinet de conseil en politiques publiques

 

Après une Licence de Gestion, un M1 Politiques publiques à Paris Dauphine - PSL et une année de césure où j’ai fait un service civique, je recherchais à la fois un cursus proposant un contenu pointu sur l’ensemble des politiques publiques et une formation plus pratique sur les outils méthodologiques des sciences sociales. Cette double attente correspondait parfaitement avec le contenu proposé par le Master 2 Politiques publiques et opinion.

Pendant mon cursus, j’ai notamment apprécié la possibilité d’approfondir mes connaissances en fonction des mes intérêts et de mon projet professionnel, grâce aux choix d’options et aux nombreux travaux personnels et collectifs qui ont jalonné le premier semestre. L’ambiance conviviale du groupe de classe et la disponibilité des professeurs ont été un gros plus qui ont permis de rendre très chaleureuse cette année intellectuellement dense.

Après mon stage fin d’études que j’ai réalisé à la Ville de Paris sur la question du développement de solutions de valorisation locales des biodéchets, j’ai été recruté en CDI à l’Agence Phare, un cabinet de conseil spécialisé sur l’innovation sociale et l’évaluation de politiques publiques. La formation m’a alors été très utile pour débuter dans mes nouvelles missions car je m’étais à la fois constitué une bonne culture générale en matière de politiques publiques – et donc de fortes capacités d’adaptation sur des thématiques variées – en même temps qu’une assise méthodologique qui m’a aidé à être rapidement autonome pour mener mes premières enquêtes de terrain.

Globalement, au-delà des contenus proposés, l’apport majeur du master est de susciter une forte réflexivité et de grandes capacités de synthèse qui permettent de prendre de la hauteur dans de nombreuses configurations, dans le monde professionnel ou ailleurs.

 

Martin Audran

Chargé d'études à l'Agence Phare

 

Après une licence de Droit et de Science Politique à l’Université de Nice Sophia Antipolis, j’ai intégré Paris Dauphine - PSL en M1 APRS, où je me suis alors naturellement orientée vers le M2 Politiques publiques et opinion.

 

Après une année intense et passionnante de M2, j’effectue un stage à l’institut d’études GfK ISL, au sein du département Grandes Enquêtes. Cette expérience très opérationnelle des enquêtes publiques m’a permis de découvrir cet univers et de développer mes compétences en traitement des données.

 

A partir de septembre j’intègre un poste de Responsable de Suivi de l’étude EVE (enquête sur les Visiteurs venus de l'Etranger) à la Direction générale des Entreprises au Ministère de l’Economie et des Finances. Je suis très satisfaite de ce poste qui, au-delà du développement de mes compétences de suivi d’études, va me permettre d’aborder les domaines de la méthodologie et de la communication politique.

 

Le grand intérêt du M2 PPO (au-delà de l’ambiance très agréable de la classe) est dans mon cas l’équilibre dans le cursus entre les méthodes qualitatives et quantitatives. Dans un univers qui relève officiellement du quantitatif, j’ai pu ressentir l’avantage d’avoir cette double perspective, et ce recul conceptuel et méthodologique.

 

Laetitia Cuignet

Chargée de suivi d'étude au ministère de l'Economie et des Finances

 

Après un M2 recherche à l’EHESS, le M2 Politiques publiques et opinion m'a permis d'approfondir mes connaissances sur les politiques publiques et leur mise en œuvre, tout en me professionnalisant dans le domaine de la recherche. Les cours m'ont permis d'acquérir des savoirs indispensables pour les instituts et les observatoires de recherche tels que l'évaluation des politiques publiques et la maîtrise de différents logiciels statistiques. Surtout, les enseignements invitent à développer une réflexivité sur notre travail de recherche, indispensable dans toute démarche de recherche action. Ainsi, lors de mon stage en tant qu'assistante chargée d'études à l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (Injep), j'ai réussi à composer entre les exigences de l'enquête et les contraintes relatives à la demande du « commanditaire ».

 

Le Master 2 PPO m'a donné l'opportunité de découvrir de nouveaux horizons dans la recherche, l'évaluation et l'expertise. Sans tourner définitivement le dos à la recherche action, j'ai souhaité me lancer dans l'aventure du doctorat à Dauphine ; aventure pour laquelle j'ai eu la chance d'être encouragée et soutenue par l'équipe professorale.

 

Constance Cheynel

Doctorante en science politique à l'IRISSO

 

Après une double licence en histoire et en science politique à Paris I et le M1 APRS, je souhaitais approfondir mes connaissances en sociologie et en science politique. Suite un premier stage dans un institut d’étude, je recherchais aussi une formation pouvant m’orienter vers la professionnalisation dans le domaine des études et des enquêtes. Le M2 Politiques publiques et opinion a totalement répondu à mes attentes. Il associe l’apprentissage de savoirs théoriques et méthodologiques en sociologie et science politique, la délivrance d’acquis solides sur les politiques sectorielles et l’analyse de l’action publique et de l’opinion. Les matières m’ont passionnée. J’ai également beaucoup apprécié la combinaison des voies professionnelles et de recherche, qui me semble tout à fait conforme aux exigences du monde professionnel, quel que soit le métier exercé.

 

J’ai, pour ma part, effectué mon stage de fin d’étude au sein d’une cellule qui réalisait des enquêtes qualitatives et quantitatives pour évaluer les services au sein de la Mairie de Paris. J’ai pu mettre à profit les connaissances de terrain, rédactionnelles et en évaluation dispensées par le Master. A l’issue de ces six mois de stage, j’ai été recrutée par l’institut de sondage CSA en tant que chargée d’études Junior. La richesse du Master 2 Politiques publiques et opinion me permet donc d’explorer des secteurs très différents et comporte de nombreux débouchés !

 

Abigail Vacher

Chargée d'étude à l'Institut CSA

 

Hésitant entre la voie « pro » et la voie « recherche », j’ai opté pour une sorte de compromis en effectuant un stage auprès de l’INED, tout en réalisant en parallèle un mémoire de recherche sur la base de l’enquête pour laquelle l’institut m’avait recruté. Au préalable, le premier semestre de cours à Dauphine m’a permis de consolider un ensemble de savoirs et savoir-faire : lecture et synthèse d’articles, travail en groupes, initiation aux logiciels de stat, anglais des sciences sociales, etc. L’effectif relativement réduit du master permet d’avoir un contact assez facile avec les enseignants qui m’ont aidé à préciser mon projet d’orientation. La sollicitation d’anciens du master a également été bénéfique, l’idée de postuler à l’INED m’ayant été donnée par l’un d’eux.

 

Le deuxième semestre a été dense puisque j’ai dû jongler entre ma mission de stage, mon mémoire de recherche et mon projet de candidature à un doctorat. En ce qui concerne ce dernier, le choix du directeur de thèse, du sujet ainsi que la recherche de financements doivent être envisagés assez rapidement. Pour ma part, j’ai candidaté à un financement doctoral auprès de l’IRISSO (Dauphine) et de l’INED, et ce dernier a accepté mon projet.

 

Matthias Thibeaud

Doctorant en sociologie à l'INED

Les docteur.es et doctorant.es du parcours politiques publiques et opinion